Les églises romanes de Saintonge

La Saintonge est une région méconnue en Charente et Charentes-maritimes. Pourtant, ses églises romanes sont une merveille à découvrir sans attendre.

Eglise de Talmont sur Gironde

Église de Talmont sur Gironde

Où se trouve la Saintonge ?

Carte de la région de Saintonge

Carte de la région de Saintonge

Historiquement, la Saintonge a d’abord été le territoire de la ville de Saintes et des villages situés dans son influence.

A l’égard des grandes migrations, cette région fortement romanisée allait ensuite être assez peu touchée par le monde barbare.

C’est la raison pour laquelle on y rencontre encore de nombreux vestiges romains.

Pourquoi trouve-t-on de nombreuses églises romanes en Saintonge ?

La Saintonge est marquée aux XI et XIIe siècles par un important essor démographique, qui se traduit par le développement d’une multitude de villages qui allaient donner prétexte à un art roman extrêmement disséminé.

Eglise d’Aulnay de Saintonges

Église d’Aulnay de Saintonges

La région ne connaît pas non plus de grandes abbayes. Seules, l’abbaye royale de Saint-Jean-d’Angély et celle des moniales de Saintes auront une certaine importance. Pour le reste, ce sont plutôt des ordres austères qui prennent pied en Saintonge : cisterciens au nord, en Aunis, grand montains dans les solitudes isolées du marais de Rochefort ou à Embreuil, augustiniens de Châtres et de Sablonceaux aux églises à l’architecture sévère. Dans ce contexte, il n’est guère étonnant de ne trouver que peu de grands édifices.

Comment découvrir les églises romanes de Saintonge ?

L’église romane ne prétend pas être une Bible de pierre. Et mal renseigné serait celui qui tenterait d’y lire la Révélation comme à livre ouvert.

Toutefois, les thèmes sacrés sont loin d’être absents. Mais ils sont dispersés en une multitude d’emplacements peu accessibles et sans ordre apparent, déroutant ainsi nos mentalités modernes.

Eglise de Thaims

Église de Thaims

Pour l’Ancien Testament, outre le péché originel, prélude nécessaire à l’histoire du Salut, Daniel et Samson doivent surtout à la victoire du Christ qu’ils annoncent d’être souvent représentés dans leurs luttes.

Si l’évangile est présent par un grand nombre de scènes, rares sont cependant les cycles – ou frises – un peu développés : la voussure de l’Enfance à Nuaillé-sur-Boutonne fait ainsi un peu figure d’exception.
On rencontre surtout des scènes de la Passion : voussure de la Cène, visite des femmes au tombeau, Vierge à l’Enfant de Rioux, à la mandorle jadis portée par des anges, et celle – sans l’Enfant.

Mais, en Saintonge, les thèmes se lisent plus volontiers sur les voussures que sur la surface des murs. Plusieurs portails juxtaposent le zodiaque – dont les symboles alternent avec les travaux des mois – à un combat des vertus contre les vices, puis à la parabole évangélique des vierges sages et des vierges folles, ainsi qu’à la vision du symbole divin vénéré par les anges.

Malgré l’extraordinaire richesse dont il témoigne encore aujourd’hui, on ne devra jamais oublier que nous n’en admirons plus que les épaves clairsemées et mutilées
Épaves, qui plus est, toujours privées de leur décor peint et de leur mobilier d’origine : des remarques finales qui inviteront sans doute au voyage et à la modestie.

Inspiré du commentaire du Père Yves Blomme


Je fais un don