Que faire lorsque nous sommes confrontés au mal ?

Chacun a pu être un jour confronté à la question du Mal : pourquoi un collègue de travail s’acharne-t-il sur un autre ? Pourquoi la maladie ou le handicap d’un enfant ou d’un jeune adulte ? Pourquoi la violence des rapports au sein d’une même famille et l’incapacité à se réconcilier…

Les situations où le Mal semble régner en maitre sont si fréquentes ! Pourtant, vivre bien et vivre mieux, n’est-ce pas notre aspiration la plus profonde ?

Que faire quand tout va mal

Que faire quand tout va mal ?

Chrétiens « positifs » ou « négatifs »

Les chrétiens ne sont pas meilleurs que les autres. A ce titre, ils n’échappent pas à la question du Mal. On parle parfois aussi de « Démon » ou de « Satan ». Selon les époques d’ailleurs, l’Église a eu une position plus ou moins négative :

  • Pendant longtemps, elle insistait sur la puissance du Mal, l’omniprésence du péché et sur le redoutable jugement de Dieu qui pouvait conduire à l’enfer.  Fatalisme, soumission et patience étaient présentées comme les seules voies sur la Terre pour espérer accéder plus tard au Paradis.
  • Depuis le Concile, l’Église insiste sur une approche bien plus optimiste : Dieu n’a pas abandonné l’homme au pouvoir du Mal et de la mort.

Le Mal pour les chrétiens

La Bible ne minimise pas le Mal. L’histoire biblique est faite de conflits et de pardons.
Par exemple, dans le Livre de la Genèse, l’épisode de Joseph et de ses frères (Genèse chapitres 37 à 50 – Accéder au texte de la Bible). Mais ce qui l’emporte toujours, au final, c’est l’Alliance entre les hommes fautifs et Dieu qui est « miséricorde ».

Jésus meurt, victime de la haine des hommes et de leur incompréhension. Il n’échappe pas au mal et ne cherche pas à le fuir. Mais le Mal n’a pas le dernier mot. Dieu ressuscite Jésus qui sort vainqueur du Mal et de la mort. Et il n’est pas présenté comme un cas unique mais comme le « premier ressuscité », ouvrant ainsi la voie à tous les hommes et les femmes.

Les chrétiens n’ont donc pas une foi qui positiverait tout. Pas plus, leur foi n’est dans le déni des malheurs de la vie. En effet, Jésus n’a pas évité le mal ni la souffrance ni la mort, il les a traversés. La foi chrétienne ne propose pas d’éviter les épreuves. Elle propose de les traverser avec Jésus le Christ, le Ressuscité.

Jésus Christ et le Mal

Des textes bibliques

Pour en savoir plus

Des associations

Il existe des lieux pour réfléchir et partager sur ce que l’on vit :

Certaines s’adressent plus aux personnes confrontées à la souffrance et au handicap :

Il est possible aussi d’échanger sur ce que l’on vit en allant dans un monastère ou un centre religieux.

Des livres

  • Croire quand on souffre – Yvette Chabert et Roger Philibert – Ed de l’Atelier
  • Ce Dieu absent qui fait problème  – François Varone – Ed du Cerf
  • Ce Dieu censé aimer la souffrance – François Varone – Ed du Cerf
  • Le mal – Paul Ricoeur – Ed Labor et Fides
  • Le mal – Marcel Neusch – Ed Centurion

Je fais un don