Annoncer l’Évangile près de chez soi

La foi de Nicolas s’atténuait à petit feu… Mais les hasards de la vie ont fait qu’il a partagé  une initiative originale de l’Église de Lyon : la mission Exultet.

Cette expérience a conduit Nicolas à découvrir une nouvelle vision de l’Église, plus vivante et plus jeune !

Nicolas

Nicolas

La Mission Exultet, qu’est-ce que c’est ?

Mission Exultet c’est l’arrivé de jeunes lyonnais dans une paroisse à la « périphérie » de Lyon qui change chaque année. Nous animons une semaine avec et pour les paroissiens afin de montrer le dynamisme et la joie d’être chrétien ! C’est aussi une semaine afin de témoigner de notre foi à la population locale.

Mission Exultet s’est montée la première fois en 2012. Le projet a germé au sein de la pastorale des jeunes de Lyon qui avait remarqué qu’elle ne proposait pas d’initiative missionnaire. L’invitation du Pape « Allez aux périphéries  il y a tant de gens qui sont en attente de la joie de l’Évangile » et aussi  du Christ « Allez de toutes les nations, faites des disciples »  nous a conforté dans notre initiative missionnaire.

Cette année je me suis aussi engagé dans la préparation car la Mission m’a personnellement beaucoup touché. De plus étant en deuxième année de médecine, j’ai plus de temps pour m’investir dans différentes activités. A ce titre je suis responsable de la communication Mission Exultet.

Qu’est-ce qui t’a conduit à t’engager dans cette aventure ?

J’ai été élevé dans la foi catholique, mais au lycée, je « glissais vers la porte de sortie » de l’Église : je n’avais plus d’aumônerie, je n’allais plus à la messe car je n’y voyais que des vieux avec des chants ennuyants. Bref, je décrochais de ma relation avec le Christ.

En 2013, je terminais ma première année de médecine, j’étais en vacances quand ma mère m’a annoncé la venue de jeunes lyonnais catholiques venant rencontrer d’autres jeunes ! Elle m’a parlé de façon insistante de leur venue pendant un bon mois et j’ai fini par craquer en acceptant d’aller à un repas qu’ils proposaient. J’y suis donc allé en trainant un peu des pieds.

Mais j’ai rencontré de nombreux jeunes. Ils étaient joyeux et heureux de partager leur foi. Une foi qui les animait. Je voyais une joie immense en eux qui rayonnait ! Ça m’a profondément touché.

Après le repas ils allaient évangéliser, ils m’ont donc invité à les rejoindre. Sur le coup j’ai refusé car Évangéliser c’est pas mon truc. Je ne l’avais jamais fait et je n’ai pas une foi assez forte pour le faire.

Mais au bout quelques minutes, je ne sais pas pourquoi j’ai finalement accepté… A mon retour de l’évangélisation je suis revenu tout content. J’ai donc décidé de les suivre tout le reste de la semaine.

Grâce à cette semaine que j’ai vécu avec leur présence mais surtout avec celle du Christ j’ai vécu une reconversion personnelle. Le tout a reposé sur une petite décision de ma part : venir à un repas partagé !

Comment vous y prenez-vous pour annoncer l’Évangile à des gens qui n’ont a priori rien demandé ?

Ce nous faisons, c’est de proposer des activités pour que les personnes puissent faire le premier pas vers l’Église. Et quand ils ne viennent pas, c’est nous qui allons vers eux par les temps d’évangélisation dans la rue et aux portes à portes.

Pour ma première rencontre, je suis parti dans l’après-midi évangéliser un quartier sensible avec une grosse majorité de musulmans. J’étais avec Étienne, un séminariste. Nous montons des cages d’escaliers assez lugubres puis commençons à frapper aux portes… Pas grand monde était là.

En descendant, il y avait deux jeunes (une fille et un garçon) qui discutaient sur le palier. Étienne les a abordés. Puis ils nous ont dit qu’ils étaient musulmans. Malgré cette différence, Étienne a su installer une discussion. Nous sommes restés pendant 30 min. C’était ma première évangélisation et je ne m’attendais pas du tout à pouvoir parler longtemps avec des musulmans ainsi qu’être bien reçu.

Une autre rencontre m’a aussi particulièrement touché. J’étais à Lyon, avec Béatrice en train d’évangéliser. Le début était très très difficile. Nous n’arrivions pas à nous lancer, à aborder les gens dans la rue. Les deux fois où l’on a essayé, nous n’avons pas pu avoir une conversation durable. Tout cela a duré 45 min, nous errions dans la rue sans trop tenter…

Avec Béatrice, nous avons décidé de faire une petite prière à l’Esprit Saint pour nous donner la force d’aborder les gens et d’ouvrir le cœur à ceux qu’on rencontrerait.

Nous voyons alors 3 jeunes d’une trentaine d’année qui étaient sur des marches sans rien faire. On se dit mutuellement, « allez ceux-ci on les tente ». Nous allons les rencontrer de manière très hésitante… On se présente et là, ces jeunes ne nous repoussent pas. Bien au contraire, ils nous parlent de manière franche et sans tabous.

Ils se sont rendu compte qu’ils avaient tous fait le baptême, leur première communion et leur profession de foi. Avant, notre rencontre ils ne se l’étaient jamais dit. Par notre rencontre ils ont pu voir qu’ils étaient tous les 3 croyants. Ils nous ont alors raconté avoir quitté l’Église car plus rien ne les y rattachaient. Avec Béatrice, nous avons témoigné de ce que le Seigneur à fait pour nous et la joie qu’il nous donne.

Nous avons parlé avec eux pendant 45 min, nous les avons invité à venir une fois à la messe. Grâce à notre rencontre, ils ont pu parler de leurs foi entre eux, voir comment ils la vivaient chacun personnellement.

Une rencontre avec une personne âgé t’a aussi beaucoup marquée ?

C’était un matin. Nous étions dans un immeuble, en train d’évangéliser. On a fait quelques rencontres de 5-10 min. Puis nous frappons à une porte. Aucune réponse. Je re-frappe une deuxième fois fortement.

Nous entendons alors la voix d’une dame âgée. Nous nous présentons. Elle nous ouvre la porte puis au bout de 15-20 min de discussions sur le palier elle nous fait entrer chez elle. Elle nous dit que normalement elle n’ouvre à personne mais elle ne sait pas pourquoi elle nous a ouvert.

Cette dame souffre physiquement d’arthrose qui l’empêche de sortir de chez elle. Elle ne communie plus mais regarde la messe à la télé. Nous lui avons proposé de venir la rencontrer quelque fois dans l’année, ce qu’elle a accepté car ses enfants sont loin et elle vit seul suite à un divorce. Nous lui avons aussi proposé le sacrement des malades et de recevoir la communion chez elle, ce qu’elle a accepté aussi.

Cette grand-mère seule, m’a touché car si nous n’avions pas frappé une seconde fois plus fort, nous l’aurions laissée seule.

Grâce à l’Esprit Saint qui nous a poussé et donné la force d’aller évangéliser, nous avons pu rencontrer cette dame seule et lui proposer plein de choses pour l’aider dans cette partie de la vie qui est trop souvent solitaire.

Qu’est-ce que tu retiens de cette aventure ?

Ce que je retiens de Mission Exultet c’est surtout une semaine de bonheur avec des jeunes, dans la joie du Christ. Une semaine « coupée » de la vie quotidienne, une semaine intense pour notre vie et notre foi qui en sort grandi !

Cela m’a apporté de nombreuses choses: la joie de voir une Église jeune et vivante, rencontrer beaucoup de jeunes qui deviennent des amis, fortifier ma foi, m’aider à avoir l’esprit missionnaire, oser témoigner de sa foi !

La chose la plus précieuse que cela m’a apporté c’est le renouvellement de ma foi, qui va se concrétiser par ma confirmation cet automne. Je ne l’avais pas faite au lycée, et sans cette mission je ne l’aurais jamais faite !

Et pour cette année 2015, qu’est-ce que tu attends de Mission Exultet ?

Pour cette année, j’attends de vivre de merveilleux moment avec tous les jeunes qui vont venir. Que la mission continue de faire grandir ma foi mais aussi que je puisse la partager lors des rencontres faites dans la rue ! Tout simplement passer de bons moments et être heureux de pouvoir témoigner de notre foi qui nous comble de joie !

Pour en savoir plus

En savoir plus sur la Mission Exultet


Je fais un don