Le livre des Nombres, « Une longue marche qui symbolise celle des hommes »

Après avoir achevé la mise en service du sanctuaire et organisé le culte à y rendre, le peuple se met en marche vers le pays de Canaan. Cette marche sera longue et ponctuée de crises. Celles-ci auront pour conséquence la disparition au désert de toute la génération qui était sortie de l’esclavage en Égypte. De fait, c’est la génération suivante qui accédera à la Terre Promise.

Toutes les dispositions vont être prises entre les tribus qui composent le peuple quant au partage du territoire. Un ensemble de textes législatifs et rituels constitue une partie importante de ce livre, sans oublier des chapitres particuliers (le 21, de coloration plus poétique) et les oracles du devin Balaam vis-à-vis d’Israël (chapitres 22, 23 et 24).

Trois parties composent ce texte complexe :

•    La première se situe au Sinaï, la montagne de la Révélation de Dieu à Moïse. Elle achève la mise en place des institutions décrites dans les livres précédents de l’Exode et du Lévitique,

•     Au cours de la deuxième, le peuple quitte le Sinaï pour traverser le désert. Il y errera près de 40 années, avant d’arriver aux abords du pays de Canaan. C’est au cours de cette deuxième partie qu’apparaissent les révoltes du peuple contre Dieu.

•    La troisième est située dans les plaines de Moab (face à Jéricho, à l’est de la Mer Morte), aux abords de la Terre Promise. Là se situent l’épisode du devin Balaam, la mise en place d’un recensement, et un ensemble de dispositions prises par Moïse pour le partage des territoires à conquérir. Cette partie relate les relations difficiles avec les peuples voisins.

Accéder au texte de la Bible

Sens du livre des Nombres
Quatrième livre de l’Ancien Testament, il a reçu ce titre parce qu’il débute (et s’achève aussi) avec une statistique (dénombrement ou recensement) des tribus d’Israël.

Sa construction est complexe et recouvre environ 38 années de l’histoire du peuple d’Israël. Le livre des Nombres s’attache à la période d’errance au désert, dans la péninsule du Sinaï après la libération d’Egypte. Il s’achève à la veille de l’entrée en Terre promise (région de Canaan).

Parfois sans transition ni articulation visible, le texte passe d’un récit à l’exposé de la loi, ou de la loi au déroulement d’un récit. Récits et lois ont pour objet d’exprimer une même pensée théologique et semblent ainsi complémentaires, les récits illustrant les lois et les lois éclairant la logique des récits !

Ce livre raconte l’histoire théologique du séjour et de la marche du peuple de Dieu au désert. Tantôt le désert est le lieu idéal où le peuple vit seul avec son Dieu et a conclu l’alliance. Tantôt c’est un lieu de châtiment où la vie est menacée voire impossible.

Cet ensemble d’évènements – dont certains épisodes sont également relatés dans le livre de l’Exode – est abordé de manière plus pessimiste dans les Nombres. Ils sont l’expression de conflits entre Moïse, le responsable d’Israël, et le peuple lui même.

Ces dissensions se terminent souvent par des conséquences néfastes, voire dramatiques. On y apprend que les chemins de la liberté sont semés d’obstacles et de pièges. Moïse lui-même essuie quelques sérieux revers.

Par ailleurs, c’est toute une conception du « peuple de Dieu » qui est exprimée dans les statistiques et la description du camp.

Les tribus entourent le Sanctuaire et la tribu de Lévi, formée des prêtres, fait lien/écran entre le sanctuaire et le reste du peuple. Le peuple qui doit abriter la Présence de Dieu et assurer en même temps un culte permanent est également un peuple faillible, traversé d’ambitions, de jalousies, de haines et d’injustices.

Situation paradoxale pour le croyant d’aujourd’hui :

• être en contact avec Dieu pour pouvoir l’entendre, se mettre en marche avec Lui,

• et en même temps, être séparé de Dieu par les errements, les pulsions de mort, les soifs de pouvoirs, et la convoitise qui habitent en chacun de nous.

 

Les personnages principaux du livre des Nombres
Les douze tribus qui composent le peuple d’Israël : les douze fils de Jacob, le Patriarche descendant d’Abraham, sont les pères des douze tribus d’Israël.

Moïse : nommé 706 fois de l’Exode à Josué (les livres qui suivent la Genèse dans l’Ancien Testament), il domine la première histoire d’Israël, depuis la sortie de l’esclavage d’Egypte jusqu’aux rives du Jourdain face à la Terre Promise. Acteur décisif de la libération de l’esclavage du peuple hébreu en Égypte, il sera le conducteur spirituel du peuple durant le séjour au désert, plus de 38 années, où il sera confronté aux murmures du peuple, aux complots, aux révoltes, aux infidélités des uns et des autres, y compris de son frère et de sa sœur. Il doute même de Dieu, ce qui le condamnera à ne jamais franchir le Jourdain qui les sépare de la terre de Canaan. Il établit les règles qui organisent la vie du peuple de l’Alliance (autre nom du peuple hébreu).

Aaron : frère de Moïse et son porte-parole lors de ses entrevues avec Pharaon au cours des épisodes qui précèdent la libération d’Egypte. Il est le fondateur de la tribu des Lévites (enfants de Lévi) chargée du service de la Demeure Divine.

Myriam : sœur de Moïse et Aaron, elle est à l’origine d’une remise en cause de l’autorité de Moïse sur le peuple. Elle et ses deux frères mourront la même année, juste avant l’entrée en Terre Promise.

Josué : le successeur de Moïse, à la tête du peuple. Il fera pénétrer le peuple en Terre Promise. Homme de confiance de Moïse. Faisant partie des espions envoyés par Moïse en Canaan, il reviendra confiant dans leur victoire sur les peuples occupant le territoire (à la différence des autres envoyés).

Coré, Datan, Abiram : instigateurs de révoltes contre le pouvoir de Moïse ou d’Aaron. En réalité, ces rébellions visent la prééminence de Dieu. Leur fin tragique illustre la question de l’orgueil humain et des conséquences pour ceux qui sont assoiffés de puissance et incrédules à la puissance de Dieu.

Balaam : devin réputé, envoyé par le roi Balaq pour maudire Israël. A la grande déception de celui qui l’envoie, Balaam ne pourra que bénir Israël.

 

Géographie et livre des Nombres
Pour mieux situer le texte.

Le désert de la péninsule du Sinaï : ce territoire sépare la Palestine du delta égyptien. C’est un désert d’environ 58 000 km2, en forme de trapèze, composé de trois zones du nord au sud :

• une plaine côtière sableuse d’environ 20 km de large,

• un plateau calcaire de 220 km de profondeur,

• un massif granitique triangulaire de 150 km de base et 180 km de côté sur les deux golfes.

La montagne du Sinaï qui en fait partie est le lieu (retenu par les croyants) des manifestations de Dieu, de la révélation du Décalogue, de l’Alliance de Dieu avec le peuple, lieu également du dialogue entre Moïse et Dieu.

C’est aussi le lieu de vie du peuple hébreu après sa sortie d’Egypte, pendant presque quarante années (durée symbolique d’une génération).

 

Histoire de la rédaction du livre des Nombres
La composition finale du texte est relativement tardive (aux alentours de – 600, époque de l’exil des Hébreux à Babylone au VIème siècle avant JC). De nombreuses sources ont été assemblées pour composer ce texte, reliant des éléments narratifs et des textes législatifs.

La rédaction finale, comme pour l’ensemble du Pentateuque, peut être attribuée pour l’essentiel à des auteurs prêtres, proches du Temple de Jérusalem. La réflexion théologique débute probablement durant l’exil et se poursuit lors du retour d’exil qui permet en même temps la construction du deuxième Temple vers – 515.

Certains textes sacerdotaux (1-10,28 ; 13* ; 14 ; 16* ; 17-19 ; 20* ; 26-31 ; 34-36) remontent à l’époque perse. Ces textes présupposent déjà les textes sacerdotaux qui se trouvent en Exode et en Lévitique.

On trouve d’autres textes non sacerdotaux (que l’on peut appeler « laïques ») dans les narrations de Nb 11-25 (sans la rédaction P) et en Nb 33.

Le récit de Balaam (Nb 22-24) forme une unité littéraire indépendante qui a peu de liens avec le reste du livre des Nombres. Une inscription araméenne, du VIIIe siècle av. J.-C., trouvée, en 1967, à Deir ‘Alla, en Jordanie, commence par « livre de Balaam, fils de Beor, l’homme qui voyait les dieux ».

 

L'art et le livre des Nombres
Les peintures et sculptures représentant le livre des Nombres.

Les Épreuves de Moïse BoticelliLa grande fresque Les Épreuves de Moïse peinte par Boticelli dans la chapelle Sixtine en 1482

 

Moïse recevant les Tables de la loi, Marc ChagallMoïse recevant les Tables de la loi, Marc Chagall 1960-1966, huile sur toile 238×234 cm, Musée Chagall, Nice

 

Les Israélites recueillant la manne dans le désert, Nicolas PoussinLes Israélites recueillant la manne dans le désert, Nicolas Poussin, (1639), huile sur toile, 149 x 200 cm, Musée du Louvre, Paris

 

Moïse et le serpent d'airain, Antoine Van DyckMoïse et le serpent d’airain, Antoine Van Dyck (vers 1620), huile sur toile, 205 x 235 cm, Musée du Prado, Madrid

 

La musique et le livre des Nombres
Les musiques faisant référence au livre des Nombres.

Les dix commandements – comédie musicale d’Elie Chouraqui, Lionel Florence et Pascal Obispo
Image de prévisualisation YouTube

 

Que le Seigneur te bénisse et te garde – John RUTTER
Image de prévisualisation YouTube

 

Du cœur et de la voix – BWV 386 – Jean-Sébastien BACH
Image de prévisualisation YouTube

 

La littérature et le livre des Nombres
La littérature relative au livre des Nombres

Le recueil Poèmes antiques et modernes d’Alfred de Vigny, Moïse dans le livre mystique, écrit en 1822

« Le désert, une école à l’écoute de Dieu » de Marie-Thérèse Courtet

 

Le cinéma et le livre des Nombres
Les films faisant référence au livre des Nombres.

Les dix commandements, de Cecil B. de Mille (1956), retrace la vie de Moïse et du peuple d’Israël au désert.

 

Les aventuriers de l’arche perdue – 1981 – Steven Spielberg
Sur le thème de l’arche d’alliance qui serait retrouvée au XXème siècle. Hitler aurait localisé l’Arche d’Alliance sur le site de Tanis en Égypte. Il veut s’en emparer car il pense qu’elle confère le pouvoir de mener n’importe qu’elle armée à la victoire, mais un professeur d’Archéologie, Henry Walton Jones Jr, dit « Indiana » (Harrison Ford), est recruté par les services secrets américains pour contrecarrer les ambitions d’Hitler.

 

 

Pour aller plus loin dans le livre des Nombres

Plan du livre des Nombres:

1- Avant le départ du Sinaï

• Le dénombrement (1-4)

• Les lois qui ont cours dans le campement (5-6)

• Poursuite du récit avant le départ (7-10,10)

2 – Du Sinaï à Moab

• Le départ vers Parân (10,11-12,16)

• De Parân à Qadesh (13 – 14)

• Textes législatifs (15-19)

• De Qadesh à Moab (20,1 – 21,35)

3 – Le séjour à Moab

• L’épisode de Balaam (22-24)

• La fin de Moïse (25-27)

• Autres textes législatifs (28-30)

• Les règles de la guerre sacrale (31)

• Règles pour l’établissement du peuple dans la terre promise (32-36)

 

L’Arche d’Alliance:

Rendue célèbre par certains films d’aventure, l’Arche d’alliance est un objet très particulier. Au départ, ce n’était qu’un coffre de bois plaqué d’or de dimensions modestes (1m40 x 0m80 environ). Sur ce coffre trônent deux « chérubins », représentant des créatures célestes ailées ayant le rôle de gardiens des temples et des palais.

Pour transporter l’Arche, un système d’anneaux permettait de glisser le long du coffre des barres afin de soulever l’ensemble et de le porter sans toucher l’Arche directement.

L’importance de l’Arche réside d’abord dans sa signification symbolique. Elle représente le signe de la présence même de Dieu au sein des hommes. A l’origine, il est possible qu’on y ait déposé les tables de la loi portant les dix commandements. La tradition rapporte qu’ultérieurement on y déposa un fragment de la manne ainsi que le bâton de Moïse.

D’abord conservée sous une tente, l’Arche a ensuite résidé dans le sanctuaire de Silo, avant de venir s’installer définitivement dans le Temple de Jérusalem. On perd sa trace lors de la prise de la ville par les Babyloniens en 587. Il est quasiment certain qu’elle n’ait pas été capturée par les envahisseurs, car elle ne figure pas sur les listes d’objets emportés à Babylone puis restitués ensuite. Probablement mise a l’abri avant la prise de la ville, le secret de sa cachette a été si bien gardé qu’elle ne sera jamais retrouvée.

 

Commentaires de l’auteur:

Terre promise : il s’agit selon la Bible, de la terre promise par Dieu aux Patriarches : Abraham, Isaac et Jacob.

Le sanctuaire : le peuple, suivant les instructions de Moïse, rassemble les matériaux de l’immense tente qui servira de demeure pour Dieu au cours de leurs déplacements dans le désert. Lorsque la tente est achevée, l’Esprit de Dieu remplit la demeure ( « la nuée couvrit la tente et la gloire du Seigneur remplit la demeure » dans Exode 40, 34).
Au cœur de ce sanctuaire repose l’arche d’Alliance, où seront déposées les tables de la Loi données par Dieu à Moïse sur la montagne du Sinaï.
Le sanctuaire est aussi appelé Tabernacle, Tente d’assignation ou Demeure.

Les statistiques et les chiffres plus particulièrement : ils peuvent souvent paraître excessifs. Les premiers textes ne comportaient pas de voyelles, ce qui pouvait autoriser des confusions importantes entre les mots. De plus, un ensemble de consonnes identiques peut correspondre à mille, ou à clan ou chefs… ce qui peut modifier sérieusement les comptes.


Je fais un don