Le Lévitique : un guide pour se comporter religieusement

Le Lévitique n’est pas le livre de la Bible le plus facile à lire. Pour une grande partie, ce livre traite du culte, des sacrifices, des problèmes de pureté rituelle… et de tout ce qui concerne la vie des prêtres d’Israël. Son nom vient de la tribu de Lévi car c’est à cette tribu d’Israël que fut confiée la mission du culte. Ainsi, le Lévitique comporte uniquement des textes législatifs dont la finalité est de réguler la vie religieuse, morale et sociale en Israël.

Accéder au texte de la Bible

Sens du texte du Lévitique
Le Lévitique est une compilation de plusieurs recueils regroupés par thème. On trouve ainsi 3 grandes thématiques .

Les sacrifices

Les sacrifices se présentent comme une offrande de l’homme à son Dieu. Ils ont pour objectif de le remercier ou de solliciter son pardon.

On trouve dans le Lévitique plusieurs types de sacrifices :

• Les holocaustes où la victime est entièrement offerte à Dieu (toute la victime est brûlée),

• Les sacrifices dans lesquels seule une partie de la victime est brûlée. En effet, une part revient au prêtre comme salaire (rappelons que la tribu de Lévi, entièrement consacrée au culte, ne possède aucune terre),

• Les sacrifices de paix où le reste de la victime est partagée entre tous ceux qui offrent le sacrifice.

Les règles de pureté légale (et non pas de pureté morale)

Attention à la notion de « pureté » telle qu’on la trouve dans le Lévitique. Il faut la comprendre au sens légal du terme et non au sens moral :

• Il s’agit des conditions à remplir pour être en état de participer au culte ou plus largement à la vie de la communauté.

• Ainsi, on peut contracter une impureté légale (en touchant un cadavre par exemple) sans commettre le moindre péché. A l’inverse, on peut être un pécheur endurci et se préserver de toute impureté légale.

Le Lévitique a joué un rôle considérable dans la croissance du peuple d’Israël. Il a contribué à lui donner son orientation et fonder son unité dans le culte. Il comportait toutefois un grave danger qui fut largement dénoncé par les prophètes puis par Jésus-Christ : faire des rites un absolu et transformer la quête de Dieu en un simple accomplissement de rites tatillons. En cela, le risque était d’oublier que la Torah est avant tout l’entrée dans un monde de liberté.

Plus tard, les premiers chrétiens appelleront au « dépassement du rituel lévitique ». Cela ne signifie pas qu’il faille abandonner tout rituel. Mais tout rite religieux n’est qu’un moyen relatif qui ne doit jamais faire oublier l’essentiel : la rencontre avec Dieu en vérité que chacun est appelé à vivre.

 

Histoire de la rédaction du Lévitique

On considère Lv 1-16 comme secondaire par rapport à la rédaction P, d’où Ps.

Ces matériaux remontent à la fin du VIe siècle av. J.-C et de la première moitié du Ve siècle av. J.-C.

Lv 17-26, appelé le Code Sainteté, est indépendant de Ps, tout en étant vraisemblablement contemporain.

Au Ve siècle av. J.-C., à une époque où l’autorité du grand prêtre est importante, on a décidé de réunir les deux ensembles Lv 1-16 + Lv 17-26.

 

 

La littérature et le Lévitique
La littérature relative au Lévitique.

L’anthropologue Mary Douglas (1927-2007), spécialiste de l’Afrique sub-saharienne, s’est beaucoup intéressée au livre du Lévitique:

Mary Douglas, Purity and Danger: An Analysis of Concepts of Pollution and Taboo (1966) [publié en français sous le titre De la souillure : Essais sur les notions de pollution et de tabou, Éd. de la Découverte, 2005]

Mary Douglas, Leviticus as Literature (1999) [publié en français sous le titre L’anthropologue et la Bible : Lecture du Lévitique, Bayard Centurion, 2004]

 

Le cinéma et le Lévitique
Les films prenant pour référence le Lévitique.

Le cinéma israélien a beaucoup traité, ces dernières années, des questions de la Loi, du péché, du pur et de l’impur à travers des films qui se passent au sein de la communauté juive ultra-orthodoxe de Méa Shéarim à Jérusalem. La vie y est réglée par les observances de la Loi.

Kadosh, film d’Amos Gitai de 1999
Image de prévisualisation YouTube

 

Ushpizin, film de Gidi Dar de 2005
Image de prévisualisation YouTube

 

My Father My Lord, film de David Volach de 2007
Image de prévisualisation YouTube

 

Tu n’aimeras point (Eyes Wide Open), film de Haim Tabakman de 2009
Image de prévisualisation YouTube

 

Le témoin du mal (Fallen), film de Gregory Hoblit, de 1998
Un détective, John Hobbes (Denzel Washington) est aux prises avec un démon, Azazel (« arrogant contre Dieu »), qui est capable de passer de corps humain en corps humain. Lv 16,8-10 dit que Aaron prit deux boucs, sur l’un est tombé le sort « à Yahvé » et il sera sacrifié pour le péché ; sur l’autre est tombé le sort « à Azazel » et il sera envoyé à Azazel dans le désert.
Image de prévisualisation YouTube

 

TV Drama

Esprits criminels (Criminal Minds), Saison 2, épisode 14, 2007, Péchés mortels (The Big Game)
Une vidéo du meurtrier, postée sur Internet, mentionne Lv 26,18 comme un avertissement: « And if in spite of this you will not obey me, I will continue to punish you sevenfold your sins. » : Et si, en dépit de cela, vous ne m’obéissez pas, je vais continuer de vous punir au septuple pour vos péchés.

 

Pour aller plus loin dans le texte du Lévitique

Plan du livre du Lévitique:

I- Les sacrifices

• L’holocauste (1)

• Les offrandes végétales (2)

• Le sacrifice de paix (3)

• Le sacrifice pour le péché (4 – 5,13)

• Le sacrifice de culpabilité (5,14-26)

• Le rôle et le salaire des prêtres (6,1-7,38)

II- L’investiture des prêtres

• La consécration d’Aaaron et de ses fils (8)

• L’entrée en fonction des prêtres assistants d’Aaron (9)

• La règlementation du comportement des prêtres (10)

III- La loi de pureté

• Les animaux purs et impurs (11)

• La femme accouchée (12)

• La lèpre humaine (13,1-46)

• La lèpre (moisissure) des objets (13,47-59)

• La purification des lépreux (14,1-32)

• La lèpre (moisissure) des maisons (14,33-57)

• La pureté sexuelle (15)

• Le rituel du grand jour des expiations (16)

IV- La loi de sainteté

Il s’agit du véritable cœur du Lévitique. Cette partie détaille ce que Dieu attend de son peuple et de ses prêtres.
Israël est ici appelé à tirer dans la vie quotidienne les conséquences de sa proximité avec la sainteté de Dieu.

• L’ordonnance sur l’abattage des bêtes et l’interdiction d’user de leur sang (17)

• Les interdits matrimoniaux et sexuels (18)

• Les prescriptions morales et religieuses (19)

• La sanction des fautes pour les sacrifices d’enfants, l’adultère, l’inceste, les pratiques magiques, l’impiété filiale… (20)

• La sainteté des prêtres (21)

• Les impuretés qui excluent de la participation au culte (22,1-16)

• La qualification des victimes animales pour les sacrifices (22,17-33)

• Les sept grandes fêtes religieuses (23)

• L’entretien du sanctuaire (24,1-9)

• Les cas passibles de peine de mort (24,10-23)

• Les années saintes (25)

Conclusion générale du livre (26)

V- Appendice (27)

• Ajout plus tardif qui détaille le rachat des nouveaux-nés et le paiement de la dîme.

 

La loi du talion (Lv 24, 19-20):

Le mot talion vient du latin talis qui veut dire « tel » ou « pareil ».

« Si un homme blesse un compatriote, comme il a fait on lui fera : fracture pour fracture, œil pour œil, dent pour dent. Tel le dommage que l’on inflige à un homme, tel celui qu’on subit. »

Aujourd’hui, ces propos semblent exprimer une pure logique de vengeance !

D’ailleurs Jésus-Christ appelle à dépasser cette loi, chacun devant pardonner sans limite et ainsi entrer dans la logique d’amour de Dieu. Mt 5,38-42 : « Vous avez entendu qu’il a été dit : Œil pour œil et dent pour dent. Eh bien ! moi je vous dis de ne pas tenir tête au méchant : au contraire, quelqu’un te donne-t-il un soufflet sur la joue droite, tends-lui encore l’autre ; veut-il te faire un procès et prendre ta tunique, laisse-lui-même ton manteau ; te requiert-il pour une course d’un mille, fais-en deux avec lui. À qui te demande, donne : à qui veut t’emprunter, ne tourne pas le dos. »

Mais attention au contresens : à l’époque où fut écrit le Lévitique, la loi du talion constituait déjà un grand progrès. Elle avait pour objet de limiter le châtiment à la faute et d’éviter ainsi une surenchère dans la vengeance (n’oublions pas que pour venger une faute, il était alors courant de massacrer la famille ou la tribu de la personne incriminée…).

Définition du talion : Code qui exige que le coupable subisse une punition du même ordre que le tort qu’il a commis.


Je fais un don