Le livre de la Sagesse, un dynamisme secret anime l’histoire du monde

A l’issue d’une longue existence, certains hommes et certaines femmes sont devenues de vrais sages. Ils ont subi des épreuves, ont pu commettre des fautes, mais n’ont pas été détruits intérieurement. Tirant profit de leur expérience, ils savent discerner les vraies valeurs.

Assurées du chemin parcouru, ces personnes savent relire leur vie pour découvrir le sens des évènements qu’elles ont vécus. Capables de juger du bien et du mal, elles peuvent dénoncer les illusions dont elles ont eu elles-mêmes à se défaire.

Ces personnes seront des éducateurs capables de conduire les autres avec patience vers la plénitude qu’elles ont atteinte. Telle est l’attitude à laquelle parvient la spiritualité juive dans le livre de la Sagesse.

Accéder au texte de la Bible

Sens du livre de la Sagesse
La question de la destinée humaine est au cœur du livre de la Sagesse : pour trouver le bonheur dès maintenant mais aussi dans l'au-delà, l'homme doit acquérir la Sagesse.

De quelle Sagesse parle le texte ? Il ne s’agit pas de la simple capacité intellectuelle à discerner le bien et le mal car pour l’auteur, la Sagesse est avant tout un attribut divin. A de nombreuses reprises, il présente la Sagesse comme un être indépendant, doué d’une activité propre.

Pour découvrir la Sagesse, l’auteur invite à méditer sur le passé d’Israël (chapitres 16-19). Le livre de la Sagesse témoigne de la convergence entre le monde juif et le monde grec.

L’auteur compose directement en grec et utilise certains concepts véhiculés par cette langue. S’il utilise certaines sentences très proches de celles d’Héraclite ou Platon, il ne dépend pas de ces philosophes et sa pensée reste profondément juive. Par la mentalité générale qu’il traduit, le livre de la Sagesse se situe au seuil du Nouveau Testament. Aussi son influence sur les premiers auteurs chrétiens sera considérable.

 

Histoire de la rédaction du livre de la Sagesse
L'auteur du livre de la Sagesse est un Juif, attaché à l'histoire de son peuple et à sa foi. Il se présente comme étant le roi Salomon, ce qui est classique dans le domaine de la littérature de sagesse.

En réalité, l’auteur écrit en grec et manie bien cette langue. Il a probablement vécu au sein la communauté juive installée en Égypte et dans la ville d’Alexandrie. On peut assez précisément dater la rédaction du livre. En effet, l’auteur connaît la traduction de la Septante et l’utilise lorsqu’il fait des citations bibliques. On se situe donc dans une date postérieure à -200. L’auteur ne semble pas connaître en revanche l’œuvre de Philon d’Alexandrie. On date généralement la Sagesse vers -50, ce qui en fait le livre le plus récent de l’Ancien Testament.

 

La littérature et le livre de la Sagesse
La littérature relative au livre de la Sagesse.

Cantique spirituels, « O Sagesse, ta parole », J. Racine, 1694

Quel charme vainqueur du monde
Vers Dieu m’élève aujourd’hui ?
Malheureux l’homme, qui fonde
Sur les hommes son appui.
Leur gloire fuit, et s’efface
En moins de temps que la trace
Du vaisseau qui fend les mers,
Ou de la flèche rapide,
Qui loin de l’œil qui la guide
Cherche l’oiseau dans les airs. 

De la Sagesse immortelle
La voix tonne, et nous instruit,
Enfants des hommes, dit-elle,
De vos soins quel est le fruit ?
Par quelle erreur, Âmes vaines,
Du plus pur sang de vos veines
Acceptez-vous si souvent,
Non un pain qui vous repaisse,
Mais une ombre, qui vous laisse
Plus affamés que devant ?

Le pain que je vous propose
Sert aux Anges d’Aliment :
Dieu lui-même le compose
De la fleur de son froment.
C’est ce pain si délectable
Que ne sert point à sa table
Le Monde que vous suivez.
Je l’offre à qui veut me suivre.
Approchez. Voulez-vous vivre ?
Prenez, mangez, et vivez.

O Sagesse, ta parole
Fit éclore l’Univers,
Posa sur un double Pôle
La Terre au milieu des Mers.
Tu dis. Et les Cieux parurent,
Et tous les Astres coururent
Dans leur ordre se placer.
Avant les Siècles tu règnes.
Et qui suis-je que tu daignes
Jusqu’à moi te rabaisser ?

Le Verbe, image du Père,
Laissa son trône éternel.
Et d’une mortelle Mère
Voulut naître homme, et mortel.
Comme l’orgueil fut le crime
Dont il naissait la Victime,
Il dépouilla sa splendeur,
Et vint pauvre et misérable,
Apprendre à l’homme coupable
Sa véritable grandeur.

L’âme heureusement captive
Sous ton joug trouve la paix,
Et s’abreuve d’une eau vive
Qui ne s’épuise jamais.
Chacun peut boire en cette onde.
Elle invite tout le monde.
Mais nous courons follement,
Chercher des sources bourbeuses,
Ou des citernes trompeuses
D’où l’eau luit à tout moment.

 

Pour aller plus loin dans le livre de la Sagesse

Plan du livre de la Sagesse:

Invitation à rechercher la Sagesse (1,1-15)

 

La destinée de l’homme (1-5)

o Résumé de la manière de penser des impies (1,16-2,20)

o Affirmation de l’erreur de ce raisonnement (2,21-24)

o Comparaison de la destinée des justes et des impies

– Les justes seront récompensés et les impies punis (3,1-12)

– Les apparences sont trompeuses (3,13-4,18)

– Il y aura un jugement dernier (4,19-5,23)

 

Origine et nature de la Sagesse (6-9)

o La Sagesse est nécessaire pour échapper au jugement, cela concerne en premier lieu les rois (6,1-11)

o Le roi sage domine éternellement, et la Sagesse n’est pas difficile à trouver si toutefois on la cherche (6,12-21)

o Description de la Sagesse par Salomon (6,22-25)

o Salomon prie pour obtenir la Sagesse (7,1-7)

o Résultat : Salomon tient la Sagesse en haute estime (7,8-14)

o Salomon va décrire la Sagesse grâce à l’inspiration divine (7,15-21)

o Description de la Sagesse (7,22-8,8)

o La Sagesse est nécessaire aux rois (8,9-16) et donc Salomon va la demander à Dieu(8,17-21)

o Prière pour demander la Sagesse (9,1-18)

 

La Sagesse dans l’histoire (10-19)

o Des origines à Moïse (10,1-14)

o La sortie d’Egypte et la marche dans le désert (10,15-11,4)

o Comparaison entre les Juifs et les Égyptiens (11,5-14). Dieu n’a pas été sévère avec les Égyptiens (11,15-20) car il est miséricordieux et tout-puissant (11,21-12,2)

o Même indulgence de Dieu envers les Cananéens (12,3-18)

o Il faudrait que l’homme comprenne cette modération (12,19-22)

o Mais comme les Égyptiens n’en tiennent aucun compte, le Seigneur doit intervenir avec plus de rigueur (12,23-27)

o Les Égyptiens sont coupables à cause de leur idolâtrie (13,1-15,19)

o Du coup, les animaux que les Égyptiens adoraient se sont retournés contre eux (16,1-14)

o Les éléments se déchaînent contre les Égyptiens alors qu’ils sauvent les Juifs (16,15-18,4)

o La mort des premiers nés d’Egypte (18,5-25)

o La mer engloutit les Égyptiens et sauve Israël (19,1-9)

o La fin de l’histoire (19,10-22)


Je fais un don