L’église Notre Dame des Missions à Épinay-sur-Seine

A Épinay-sur-Seine, en banlieue parisienne, l’église notre dame des missions rappelle l’époque de l’exposition coloniale internationale de 1931. Mais elle évoque aussi une opération ambitieuse : celle des « Chantiers du Cardinal ».

Si vous avez l’occasion de vous rendre dans le 93, n’hésitez pas à pousser jusqu’à ce lieu étonnant !

L'église notre dame des missions à Épinay-sur-Seine

L’église notre dame des missions à Épinay-sur-Seine

Origine de l’église Notre Dame des Missions

A l’origine, il s’agissait de la chapelle des missions catholiques, présentée au bois de Vincennes lors de l’exposition coloniale de 1931 « à la gloire de la conquête missionnaire de l’église catholique à travers les pays et les siècles ».

Chapelle des missions catholiques lors de l'exposition coloniale de 1931

Chapelle des missions catholiques lors de l’exposition coloniale de 1931

A la suite d’une souscription nationale lancée par le maréchal Lyautey, le pavillon est reconstruit en béton armé à Épinay dès 1932 (en effet, le pavillon d’origine étant en matériaux légers et fragiles).

L'église Notre Dame des Missions

L’église Notre Dame des Missions

Classée monument historique en juin 1994, Notre-Dame-des-Missions est considérée comme un chef-d’œuvre de l’art sacré du début du XXe siècle. Il constitue un emploi étonnant de béton armé habillé du faste de la tradition exotique.

Les Chantiers du Cardinal

Cet édifice entre dans le cadre d’une grande opération mise en place par l’Église durant les années 1930, les « Chantiers du Cardinal ». Dans les années 1925 -1930, l’Église décide de christianiser ce qu’on appelait alors la « banlieue rouge ».

Les constructions d’édifices religieux se multiplient. Ils utilisent les matériaux et le style propres à cette époque : le béton et la brique. C’est pour cette opération que sont construites l’église du Sacré-Cœur (1930) et l’église Saint-Charles (1933) au Blanc-Mesnil ; Saint-Louis (1930-1933) à Drancy ou Notre-Dame-de-l’Assomption à Neuilly-Plaisance (1932).

Pourtant, les bâtiments religieux édifiés durant cette période dans toute la banlieue ne suffisent pas à répondre aux besoins urgents de cet espace en voie de conquête. En 1930, le cardinal Verdier décide de développer l’œuvre entreprise. Il parcourt le diocèse et établit que la construction d’une centaine d’églises est nécessaire. Le cardinal prépare un plan d’envergure et lance un emprunt. Le succès est total puisque dès 1933 le soixantième chantier est inauguré et qu’en 1934, dix-sept chantiers sont ouverts simultanément.

Le cardinal Verdier

Le cardinal Verdier

Entre 1931 et 1940, 102 églises sont construites en région parisienne par les « Chantiers du Cardinal ». On trouve quelques-unes de ces églises en Seine-Saint-Denis. C’est dans ce contexte que s’inscrit la transformation de ce qui était à l’origine un pavillon pour une exposition coloniale en une église paroissiale.

Pour en savoir plus

Site internet des Chantiers du cardinal

Art et architecture de l’église Notre Dame des Missions

Avec une façade mi Annamite, mi Art déco, cette église présente une étonnante diversité de styles. Pour la façade, le maître-verrier Marguerite Huré utilise un nouveau procédé, la brique huré, brevetée en 1930.

Les panneaux sont dessinés par Raymond Virac.

Les vitraux, peintures et sculptures sont réalisés par des artistes des ateliers d’art sacré sous la direction d’Henri de Maistre.

Les Béatitudes de la nef sont de Raymond Delamarre, Prix de Rome en 1919.

Intérieur de l'église Notre Dame des Missions

Intérieur de l’église Notre Dame des Missions

Pour en savoir plus

Infos pratiques pour accéder à l’église Notre Dame des Missions


Je fais un don