Les sites Clunisiens et l’ordre de Cluny

Dès le Xe siècle, l’ordre de Cluny va se développer en France et même à l’étranger pour devenir quelques siècles plus tard un véritable centre monastique en Europe. Cela va engendrer la construction de nombreux monuments que l’on appelle aujourd’hui les sites Clunisiens.

L'abbaye de Cluny au Moyen-Âge

L’abbaye de Cluny au Moyen-Âge

Qu’est-ce qu’un site Clunisien ?

Ce qu’est un site Clunisien n’est pas toujours simple à définir. Certains historiens estiment que le réseau des dépendances monastiques de Cluny regroupait 700 abbayes et prieurés au milieu du XIIe siècle, d’autres 1 400, voire 1 500 !

Tout dépend de la période historique que l’on retient, mais aussi du statut du monastère en question. Est-ce une création de Cluny ? Un monastère réformé par Cluny ? Une abbaye antérieure à Cluny qui rejoint l’Église clunisienne…

Mais au-delà des discussions parfois complexes, tout prend sa source dans cette extraordinaire aventure humaine, spirituelle et religieuse qu’est l’abbaye de Cluny.

Aujourd’hui, vous pouvez parcourir les sites clunisiens en France à l’étranger grâce à une carte de l’Europe des sites clunisiens. Ces sites sont identifiés par le symbole suivant :

Logo des sites Clunisiens

Logo des sites Clunisiens

L’ordre de Cluny : une destinée extraordinaire

Au début du Xe siècle, l’Église catholique réforme les ordres monastiques. Cette restauration s’appuie sur la Règle de saint Benoît, un règlement qui régit dans ses moindres détails la vie monastique. Cette Règle initiée au VIe siècle par saint Benoît de Nursie connaît un important développement.

Quelques siècles plus tard, l’Ordre de Cluny va s’imposer en groupant un nombre croissant de couvents, et devenir le centre du plus important ordre monastique du Moyen Âge, rayonnant sur toute l’Europe

Après l’importante expansion du Xe siècle, l’Ordre affirme sa puissance. Il gagne en organisation, grâce à la rédaction de règlements précis qui adaptent la règle de saint Benoît aux circonstances.

L'ordre de Cluny

L’ordre de Cluny

Au XIIe siècle, l’Ordre de Cluny compte près de 2 000 mille prieurés, dont quelques-uns sont parmi les plus grands établissements ecclésiastiques de l’époque : la Charité-sur-Loire, Souvigny, Saint-Martin-des-Champs. De l’Ordre de Cluny sortent également plusieurs papes (dont Grégoire VII).

A son tour accusé d’un trop grand enrichissement et d’un pouvoir temporel excessif, l’Ordre de Cluny perd de son influence spirituelle lors de l’éclosion, à la fin du XIe siècle et au début du XIIe siècle, des nouveaux ordres inspirés d’un idéal de pauvreté et d’austérité : Cîteaux, Prémontrés, la Chartreuse.

L’abolition des vœux religieux par l’Assemblée Constituante en 1790 entraîne la dispersion des moines et la disparition de l’Ordre, disparition marquée par la vente de l’abbatiale de Cluny (devenue bien national) et sa destruction partielle.

Pour en savoir plus


Je fais un don