A Tours, la statue de Saint Martin ressuscite

La statue de bronze de Saint Martin avait dû être déposée en urgence en février 2014 car elle menaçait de s’effondrer avec son socle et son bulbe. Elle a été replacé en octobre 2016 sur le dôme de la basilique de Tours.

La statue de Saint Martin à Tours

La statue de Saint Martin à Tours

Ce bronze monumental du protecteur de la cité a été en partie redoré et surtout consolidé. Financée par les Affaires culturelles, la ville, le département et la région, l’opération a représenté un investissement de près de 2 millions d’euros.

L’événement coïncide avec le 1700e anniversaire de Martin (316-397), ancien général de l’armée romaine, né dans l’actuelle Hongrie, célèbre pour avoir partagé son manteau avec un pauvre. C’était à Amiens, en 337, époque de sa conversion au christianisme.

L’armée quittée, Martin a fondé avec Hilaire, évêque de Poitiers, le premier monastère de Gaule (à Ligugé, en Poitou). Puis il a été nommé évêque de Tours et, toujours fidèle à sa vie d’ascète, a créé sur la rive droite de la Loire un ermitage qui deviendra le prestigieux monastère de Marmoutier.

Le culte de Martin est l’objet d’un pèlerinage parmi les plus anciens de la chrétienté avec Rome, Jérusalem ou Saint-Jacques-de-Compostelle. Les Capétiens revendiquaient sa moitié de «cape », symbole de charité. Charlemagne fit inhumer son épouse près du tombeau sacré.

Dans l’actuelle basilique, la crypte renferme un fragment du crâne de Martin.


Je fais un don